"Martinigansl", L’ oie de la Saint Martin

Une tradition Autrichienne

Mais pourquoi mange t’on de l’oie à la Saint-Martin ?

"Martinigansl", L' oie de la Saint Martin

De nombreux tableaux de Saint-Martin de Tours le représentent à cheval, offrant la moitié de son manteau à un mendiant.
Selon la légende, le Christ se serait révélé à lui en rêve à la suite à cet acte de bonté et aurait ainsi précipité sa conversion au christianisme.
Toujours selon la légende, les habitants de Tours lui auraient alors proposé de devenir évêque de la ville. Comme il menait une vie ascétique et modeste, il se considérait indigne d’un tel honneur et se serait caché parmi les oies.
Néanmoins, les oies firent un tel vacarme que Martin fut découvert et nommé évêque. Le 11 novembre commémore sa mort, en l’an 397, et se célèbre dans de nombreuses régions d’Europe Centrale par la dégustation d’oies rôties en souvenir de cet épisode de sa vie. Cette fête était aussi l’occasion de faire bombance avant la rude période d’hiver où seuls quelques animaux pouvaient encore être nourris. Il existe également une coutume féodale à cette période de l’année qui consistait à payer un impôt en nature à son seigneur. L’oie avait donc toutes les qualités pour être dégustée, d’autant que le jeûne de l’Avent s’imposait dans beaucoup de régions.

La symbolique de cette fête, outre la commémoration d’un saint chrétien, prend tout son sens dans certaines régions d’Allemagne où l’on allume des bougies aux fenêtres. En souvenir de la bonté du saint, on appelle celui qui est dehors et dans le besoin à partager l’oie rôtie accompagnée de chou rouge, en ajoutant un couvert à sa table. Un peu de chaleur, de partage et de fraternité.

Évènements

Activités Évènements